Du XVIIe siècle à nos jours

Dès 1667, la belle propriété de la famille Testu-Bodin est devenue une​ habitation-sucrerie de 240 hectares. Il s'agit d'un tout début ; la force de​ travail se limite aux membres de la famille et une vingtaine d'esclaves. Le​ défrichage est très incomplet. Les 10 ha de cannes produisent 8 t de sucre par an, avec un moulin à cannes tiré par des boeufs.

A la fin du 17ème siècle et au 18ème siècle, les propriétaires appartiennent tous à la même lignée: Adrian Van der Spiegel, hollandais converti, puis par veuvages, remariages, les Neau, Leblanc puis Philippe d'Uzer et son épouse Florence Neau qui décède en 1780. Cette longue période est fréquemment troublée par des guerres et des occupations anglaises. Cependant, cette sucrerie, située à l'écart des zones stratégiques, se développe sans autre problème que les inévitables cyclones et désastres naturels.

C'est vers le milieu du 18ème s. qu'est construit le canal qui prend sa source à 1,5 km en amont ;l'aqueduc alimente un nouveau moulin à cannes beaucoup plus puissant.

A partir de là, cette habitation-sucrerie changera très souvent de propriétaire. A l'occasion d'une vente en 1785, une description détaillée nous montre cette propriété de 125 ha auxquels s'ajoute une caféière de 45 ha. Les bâtiments destinés à la fabrication du sucre sont ceux qui subsistent aujourd'hui. 4 7 esclaves de tous âges y vivent et y travaillent. Il s'agit d'une sucrerie moyenne dans la région.

Les propriétaires se succèdent. Le séisme de 1843 cause d'importants dégâts. L'abolition de l'esclavage en 1848 ( 66 nouveaux libres à Nogent)​ modifie profondément la société mais les cultivateurs restent sur la propriété comme libres : ils sont 110 sur place en 1852. En 1865, l'épidémie de choléra cause la mort de 17 travailleurs sur 117.

Vers la fin du siècle, les usines sucrières centrales se sont multipliées en Guadeloupe, mettant définitivement fin aux habitations-sucreries privées. Nogent, dorénavant, va faire partie du patrimoine de diverses sociétés qui possèdent plusieurs propriétés. Alors, Nogent devient une plantation de cannes. Vers 1910, on y trouve une<< féculerie» .. Quelques années plus tard, elle est distillerie. Finalement, elle rejoint le patrimoine foncier de l'usine du Comté de Lohéac et perd son​ individualité comme productrice de rhum.